Psycho

La psychologie du sourire

Le sourire est un lien social essentiel chez l’homme. Sourire au quotidien offre des bienfaits insoupçonnés tant sur le plan physique que psychique. Entre autres, il a la capacité d’apaiser une personne confrontée à une situation stressante ou de favoriser une baisse des émotions négatives. Le chercheur Ilios Kotsou* nous en dit plus sur la psychologie du sourire.

Participez au jeu concours « À vous les dents alignées », cliquez sur ce lien !

Pourquoi le sourire joue-t-il un rôle important dans notre société ?

Il y a deux éléments qui peuvent expliquer l’importance du sourire dans notre société. Tout d’abord, c’est le symptôme le plus évident du bien-être pour quelqu’un, mais aussi de l’ouverture et de l’attitude amicale. Le sourire, c’est non seulement le signe qu’une personne va bien, mais il montre aussi qu’elle est animée de bonnes intentions. En quelque sorte, il y a une fonction sociale dans le sourire.

Est-ce que nous sourions pour exprimer un plaisir ?

Plus que le plaisir, on peut dire que le sourire exprime une forme de joie. Mais ce n’est pas la seule émotion qu’il peut exprimer. En réalité, il dépend de la personne et de la culture. Il y a de très nombreuses émotions différentes que le sourire peut véhiculer. Bien sûr qu’il exprime la joie, mais aussi la complicité ; il peut être présent dans la séduction, mais aussi dans la gêne. Il y a beaucoup de sourires différents en fonction de la situation que l’on vit. On peut aussi tout simplement sourire par politesse, par embarras, tout comme on peut sourire suite à une sensation de plaisir.

Pouvons-nous vraiment affirmer que le sourire est contagieux ?

Oui. On a un instinct naturel à reproduire toutes les expressions faciales des personnes avec qui nous sommes en contact. Cela nous aide à avoir plus d’empathie, à comprendre ce que les personnes vivent. Quand quelqu’un en face de nous sourit, cela va faciliter le fait de nous faire sourire. On sait que les émotions sont contagieuses. Elles se transmettent dans un groupe, dans une équipe entre des personnes… Attention, on ne peut pas dire que si quelqu’un est de mauvaise humeur, tout le monde va être tout d’un coup de mauvaise humeur… Mais la contagion émotionnelle est une tendance qui a été étudiée. Par cette propriété de contagion, le sourire facilite ainsi les relations avec les personnes autour de nous.

Sourire soulage-t-il certains maux comme le stress ?

Certaines études ont effectivement montré que le fait de sourire pouvait soulager le stress. Des chercheurs avaient soumis des participants à des situations stressantes, et les personnes qui souriaient récupéraient mieux de l’épisode de stress (Référence 1). Donc oui, le sourire influence l’état physique dans lequel on est.

Le sourire permet-il de nous ouvrir aux autres et inversement ?

Bien sûr ! C’est un signe d’ouverture, d’accessibilité, de disponibilité, d’accueil… Évidemment, quand on se rend dans un endroit où l’on ne connaît personne, on ira plus facilement vers la personne qui nous regarde en souriant que vers celle qui nous ignore ou nous regarde en fronçant les sourcils.

Est-ce qu’un sourire peut aider à rester positif ?

C’est un peu plus complexe que ce que l’on imagine. Il faut prendre en compte la différence entre les sourires authentiques, les sourires forcés, les sourires sociaux… Lorsque l’on sourit de manière plutôt conventionnelle, on fait fonctionner les muscles de la bouche. C’est la bouche qui sourit et ce sont les muscles que l’on contrôle très facilement qui travaillent. Alors qu’un sourire authentique va mobiliser les muscles de la bouche mais aussi ceux autour des yeux, qui sont des muscles que l’on ne mobilise pas de manière délibérée. Le vrai sourire, c’est celui qu’on appelle le sourire de Duchenne (un scientifique français, NDLR). Ce sourire, on ne peut pas le contrôler.

Est-il facile de différencier un vrai sourire d’un faux ?

Non, mais c’est essentiel. Par exemple, dans les études sur le stress, c’est bien évidemment le vrai sourire qui avait l’effet le plus fort pour récupérer du stress. Il y a également beaucoup d’études scientifiques qui ont corrélé le sourire avec la longévité. Par exemple, aux Etats-Unis, une étude a été faite à partir d’images de joueurs de baseball (type Panini, ndlr). Des chercheurs ont utilisé ces petits stickers avec les visages des joueurs de baseball des années 50 (Référence 2) classés en trois catégories : les vrais sourires, les sourires conventionnels et les joueurs qui ne souriaient pas. Entre les vrais sourires et ceux qui ne souriaient pas, il a été constaté une différence de durée de vie de 7 ans. Les gens qui souriaient vraiment ont eu une vie plus longue que les autres. Ce test peut sembler surprenant et loufoque, mais c’est une étude tout à fait sérieuse.

Pour en revenir à la question précédente, sourire peut-il aider à rester positif ? ça ne veut pour autant pas dire que le sourire a concrètement rallongé la vie des personnes. Mais ce genre de recherche tend à expliquer que les personnes qui sourient souvent sont certainement des personnes qui ont plus de relations sociales, des relations sociales plus riches et peut-être aussi un réseau social plus étendu. Sourire crée plus facilement des liens, ce qui peut expliquer le fait d’avoir une vie plus longue, parce que cela passe beaucoup par les autres. Il faut en effet savoir que le fait d’avoir du support social est le premier prédicteur de longévité.

Il y a également un autre élément extrêmement important dans le principe de sourire : on sourit lorsque l’on vit des émotions positives (contentement, joie, gratitude etc). Toutes ces émotions positives ont un effet très important sur la santé et donc sur le stress (elles permettent de réduire ou d’annihiler les effets du stress) mais elles ont aussi un effet sur la créativité. Lorsque l’on vit des émotions positives, on est plus créatif, on a une pensée plus large, on résout mieux des problèmes et ainsi de suite… Comme le sourire est le symptôme d’émotions positives, il pourrait donc avoir un effet de longévité sur la vie d’une personne.

Le sourire joue-t-il selon vous un rôle sur la santé physique et mentale ?

C’est difficile à dire ! Il faut revenir sur les émotions positives. Avant on disait que c’est parce que la vie allait bien qu’on avait des émotions positives ; aujourd’hui on sait que les émotions positives nous aident à aller bien. Par contre concernant le sourire, c’est un peu moins clair. Bien sûr que le sourire est l’un des symptômes des émotions positives qui nous permettent d’aller bien, mais je tiens à préciser que toujours sourire n’est pas forcément une très bonne idée. Des études ont montré que lorsque l’on est dans des métiers d’accueil, lorsque l’on doit montrer une émotion différente de celle que l’on ressent vraiment, ce n’est pas bon pour la santé. On réprime des émotions parce qu’on doit respecter des règles en se comportant de manière polie. Il y a une forme d’incohérence entre ce que l’on vit et le sourire qui va se manifester sur notre visage. Dans ce cas-là on ne peut pas dire que le sourire soit bon pour la santé. Pour autant, il est juste de dire que cultiver des émotions positives, par exemple en prenant du recul par rapport à la situation, va jouer sur la santé. On peut ainsi utiliser l’humour. L’humour bienveillant est une manière de prendre de la distance par rapport aux situations, mais aussi de voir les choses autrement. Toutes ces attitudes sont bonnes pour la santé et en lien avec le sourire.

Il ne faut donc pas cacher ses émotions derrière un sourire lorsqu’on va mal ?

Il faut être lucide. Il faut savoir reconnaître qu’une chose est difficile mais en même temps essayer de voir la petite chose qui va bien et qui pourrait me faire sourire malgré les problèmes. Quelles sont ces choses auxquelles on a envie de dire « merci », même quand la vie est difficile ? Cette attitude est une attitude d’ouverture qui permet de tirer des émotions authentiques et ainsi des sourires réels même quand ça ne va pas bien. C’est très différent de vouloir se forcer à réprimer ce que l’on vit, de ne pas vouloir reconnaître ses problèmes et avoir une forme « d’esprit positif » déconnecté de la réalité.

Pour conclure, peut-on dire que le sourire est quelque chose d’universel ?

Exactement ! C’est une chose universelle qui nous relie tous et qui nous parle de quelque chose de fondamental chez l’être humain qui est en lien avec la joie, l’ouverture et la créativité… Pour les animaux sociaux que nous sommes, c’est une chose tout à fait fondamentale.

Références :

  1.  Kraft, T. L., & Pressman, S. D. (2012). Grin and bear it: The influence of manipulated facial expression on the stress responsePsychological science23(11), 1372-1378.
  2. Abel, E. L., & Kruger, M. L. (2010). Smile intensity in photographs predicts longevityPsychological Science21(4), 542-544.

*Docteur en psychologie, Ilios Kotsou est chercheur au sein de la chaire Mindfulness, bien-être au travail et paix économique de Grenoble École de Management. Formé à la mindfulness (MSBR et MBCT), il est membre du Mind & Life Europe et a également cofondé l’association Emergences (www.emergences.org) qui œuvre pour une société plus solidaire et consciente, et finance des projets humanitaires. Passionné par tout ce qui touche l’humain, il a été actif pendant plus de quinze ans dans le domaine de la gestion des conflits et des émotions tant en Europe qu’en Asie et en Afrique (notamment pour Médecins Sans Frontières, des athlètes de haut niveau et des médiateurs scolaires). Son dernier livre « Éloge de la lucidité » a remporté le Prix Psychologies-Fnac 2015.

Participez au jeu concours « À vous les dents alignées », cliquez sur ce lien !

Vous aimerez aussi